Une justice à deux vitesses

Comment peut-on tolérer qu’une femme qui décide de mettre fin à plus de 47 ans de calvaire doive avoir une grâce présidentielle, alors qu’elle a été condamnée à 10 ans de prison ferme…

… et qu’un homme qui a assassiné sa compagne, en lui portant 20 coups post-mortem, soit libre au bout de 18 mois ?

par Emilie R

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Nelly dit :

    J’avoue que ça pique un peu les yeux, tout ça, c’est juste délirant

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s